Les loisirs créatifs et le DIY, une tendance durable et incontournable

Si je vous dis « loisirs créatifs », vous souriez en pensant au tricot de Mamie Jeannine ou au scrapbooking de tante Yvonne ? Et bien détrompez-vous, c’est du sérieux. Les pratiques de loisirs créatifs et du DIY (« Do it yourself », littéralement « Fais-le toi-même »), que les experts du marketing désignent aujourd’hui par le marché du « faire », pèsent 95 milliards d’euros par an… et ne sont plus réservés à nos ainés. Dans cet article, je vous explique pourquoi ils sont aujourd’hui devenus incontournables.

« Faire » plutôt qu’avoir

Dans une société en quête de sens, en réaction à l’hyper-consommation et de plus en plus concernée par le respect de l’environnement, les loisirs créatifs ont le vent en poupe. Le phénomène prend de l’ampleur depuis les années 2000 et tout porte à croire que cette tendance n’est pas prête de s’arrêter.

D’après l’étude réalisée par l’Observatoire Société et Consommation (ObSoCo) en 2016, un Français s’adonne à plus de 5 activités créatives par an et 93% des Français ont pratiqué au moins un loisir créatif au cours de l’année 2016. Dans le trio de tête des activités plébiscitées : jeux de société, jardinage et bricolage.

Toutes disciplines confondues, c’est un marché évalué à 95 milliards d’euros dans l’économie française. Et lorsque l’on regarde dans le détail le budget moyen des familles, on constate que les dépenses des Français en loisirs créatifs sont deux fois plus importantes que celles consacrées à l’habillement.

Mais ces dépenses accrues ces dernières années apparaissent comme un investissement qui en vaut la peine : 8 Français sur 10 se disent passionnés par les activités qu’ils pratiquent. Plutôt que le prix, les interrogés évoquent davantage le manque de temps au moment de pointer les freins à leurs activités. Quand on aime…

En outre, si les Français sont prêts à payer pour pratiquer une activité créative qui les passionne, on peut facilement imaginer qu’ils soient enclins à réduire les frais que cette dernière occasionne en pratiquant cette activité avec du matériel mutualisé, tout en rencontrant d’autres passionnés dans un lieu dédié… comme par exemple à La Konk Créative !

Faire ensemble… pour mieux vivre ensemble ?

À mon sens, les loisirs créatifs et le DIY s’adressent à tous, indépendamment de l’âge, du sexe ou de la catégorie sociale. Même si, pendant longtemps, les activités créatives ont été plus volontiers proposées aux jeunes filles, c’est de moins en moins le cas. Aujourd’hui les garçons se mettent aussi à des pratiques connotées « girly » comme le tricot ou le crochet, popularisées par des influenceurs comme le très en vogue Zak a dit. Un pas de plus vers l’égalité des genres !

Juste après mes études, j’ai été pendant quelque temps médiatrice culturelle dans un musée. L’une des facettes que je préférais de ce métier était les ateliers avec le jeune public, effectués après la visite des espaces d’exposition. Ces ateliers permettaient de s’initier à une pratique artistique ou de créer un objet-souvenir en lien avec le thème abordé lors de la visite guidée. Que ce soit dans le cadre scolaire ou familial, ils rassemblaient des enfants de divers horizons, mis sur un pied d’égalité le temps d’une activité manuelle à réaliser au sein du groupe. C’était pour moi un formidable moment d’échange, où seuls comptaient le plaisir de créer de ses propres mains ainsi que celui la transmission de savoir-faire… Et tous les pédagogues savent bien que le « faire ensemble » en face à face est un formidable accélérateur d’apprentissage que nul tuto sur Internet ne saurait remplacer !

Récemment, j’ai été heureuse d’initier mon amie Oriane au crochet. En échange, elle m’a appris à faire la grue en origami ! Des moments de partage vraiment précieux…

Tout ça pour dire que je suis convaincue du potentiel des loisirs créatifs dans la re-création de lien social et de lien inter-générationnel. Il est à mon sens capital de favoriser l’émergence de lieux de rencontre, de lieux de vie informels, où ces différents publics peuvent à la fois transmettre et/ou acquérir un savoir-faire.

Recyclage, upcycling et zéro déchet

Parmi les tendances actuelles du DIY, on constate un fort engouement dans l’upcycling ou « recyclage par le haut ». Avec ce concept, tout objet usé, cassé et destiné à être jeté peut servir de base à la création d’un nouvel objet, avec un usage final qui sera différent. Dans cet esprit, une vieille échelle devient une étagère déco pour plantes, une palette en bois est transformée en table basse, un vieux t-shirt peut faire office de tote-bag… ou un tote-bag peut avoir une nouvelle vie en tant que housse de coussin.

On peut même réaliser des décos de Noël avec des cartons de papier toilettes ! On ne compte plus les tutos Pinterest sur le sujet et la seule limite à l’upcycling est notre imagination.

Déco de Noël DIY et zéro déchet

Si la pratique est avant tout ludique, elle sert aussi la cause environnementale en nous faisant tendre vers le zéro déchet… permettant par la même occasion de limiter les nouveaux achats et donc de faire des économies. C’est le cercle vertueux de l’économie circulaire ! À La Konk Créative, je serai plus qu’attentive à ce que les activités créatives s’inscrivent dans cette logique, en essayant au maximum de travailler avec des matériaux de récupération. On ira faire les poubelles ensemble ? 🙂

DIY is the new yoga

Enfin, dernier point que je voulais aborder : les bénéfices des loisirs créatifs sur notre santé.

C’est un fait reconnu par tous les psys et autres spécialistes de la santé mentale : plus le numérique, les écrans et le virtuel envahissent notre quotidien, plus nous avons besoin de nous reconnecter au monde réel. Le toucher est le premier sens à travers lequel nous nous sentons exister. Ainsi, fabriquer des objets de ses propres mains est une manière de faire l’expérience du réel et de se réapproprier ce dernier, bref de se sentir vivant !

Quand nous nous consacrons à une activité créative, notre mental s’apaise et nous entrons dans ce que l’on appelle en psychologie positive l’état de flow, c’est à dire l’absorption totale de notre être dans la tâche accomplie. Plus précisément, le psychologue hongrois Mihali Csikszentmihaly le décrit comme « l’état mental atteint par une personne lorsqu’elle est complètement plongée dans une activité et qu’elle se trouve dans un état maximal de concentration, de plein engagement et de satisfaction dans son accomplissement. ».

En définitive, on peut considérer que les loisirs créatifs et le DIY sont une forme de méditation de pleine conscience ou de yoga. Pour moi, il ne fait aucun doute qu’ils participent au renforcement de la confiance en soi et à la gestion du stress (cf. « art thérapie »).

Les loisirs créatifs, des amis qui vous veulent du bien !

Pour en savoir plus : Loisirs créatifs : pourquoi c’est bon pour le moral ? Santé Magazine

Vous avez aimé cet article ? Vous souhaitez m’aider à développer La Konk Créative ? N’hésitez pas à le partager !

Une réflexion sur “Les loisirs créatifs et le DIY, une tendance durable et incontournable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.